LES NEURONES-MIROIRS : Editorial Echo Bulles de mai 2016

Publié le par luc

Le professeur Giacomo Rizzolatti

Le professeur Giacomo Rizzolatti

« Ma vie est faite des regards que me donnent tes yeux, des sourires que me donne ta bouche, des pensées que me donne ta journée, des rêves que me donne ta nuit."

Lorsque Victor Hugo écrit cette lettre à Juliette Drouet, en janvier 1835, il s'agit d'une réponse aux quelques 22 000 qu'il a lui même reçues de sa bien aimée.

Ces quelques mots m'interrogent sur l'intime relation d'interdépendance humaine. J'y reconnais quelque chose de présent en chacun de nous.

Lorsque le Professeur Giacomo Rizzolatti découvre, par hasard en 1992, les neurones dits "miroirs", il n'imagine pas l'importance de la voie qu'il ouvre. Aujourd'hui encore, nous découvrons de nouveaux ensembles de neurones-miroirs. Sentiments, idées, comportements y sont reflétés.

Ces neurones-miroirs ont la capacité de recevoir le reflet d’un acte, d’un geste, d’un sentiment que nous observons chez quelqu’un d’autre et de provoquer en nous la tendance à imiter, à participer à cet acte. Pour comprendre l’autre, nous devenons, en partie, comme lui.

En regardant un visage qui exprime la peur ou la joie, ces sentiments se transmettent. Nous réagissons immédiatement par les mêmes sentiments et sans y penser, nous nous exprimons par un signe de peur ou par un sourire.

Ainsi nos sentiments, exprimés sur notre visage, sur notre corps, nous ne les vivons pas seuls mais avec les personnes qui sont autour de nous. Les neurones-miroirs créent des ponts extérieurs entre deux ou plusieurs cerveaux lors d’une relation. Cela ouvre ainsi le chemin à des liens très forts entre nous, en liaison à travers ces neurones-miroirs.

Par conséquent, nous pouvons dire que par nos sentiments, nos intentions, qui se reflètent dans le cerveau des autres, nous provoquons le même état, les mêmes sentiments, intentions, idées. Nous les influençons directement. Nous sommes inconsciemment ou consciemment des pédagogues par rapport aux autres.

Relisons les quelques mots de Monsieur Hugo qui pourraient être ceux d'un résident à l'égard d'un proche, professionnel ou non, et travaillons ensemble à rendre encore plus belle la vie aux Chenets, par le dialogue, l'ouverture, la confiance et la reconnaissance.

Pierre-Elie DELANNOY

Directeur Adjoint

 

Publié dans Pensées

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article